Les avantages d’un accouchement normal pour la mère et le bébé

Publié le : 23 novembre 20239 mins de lecture

Les avantages de l’accouchement normal vont bien au-delà de l’expérience unique que constitue la naissance naturelle. Plus sûr et plus avantageux pour les mères et les bébés, l’accouchement sans intervention chirurgicale aura un impact bénéfique sur le rétablissement de la femme pendant la puerpéralité et sur la santé de l’enfant tout au long de sa vie. Compte tenu des taux d’accouchement par césarienne en France, de nombreuses personnes pensent que l’intervention chirurgicale est une manière « normale » de donner naissance à un enfant. Mais il faut savoir que, sauf indication médicale, la vraie normalité est l’accouchement sans césarienne. Dans cet article, nous vous expliquons les types et les avantages de l’accouchement normal.

À quoi ressemble un accouchement normal ?

Il n’existe pas de consensus complet sur les différences entre les diverses définitions de l’accouchement sans intervention chirurgicale. Le plus souvent, le terme d’accouchement normal est utilisé pour décrire, au sens large, toutes les naissances au cours desquelles l’enfant passe par le canal vaginal, même en cas d’interférence de l’équipe médicale, comme l’anesthésie médicamenteuse, les manœuvres obstétricales, l’utilisation d’instruments et autres. En d’autres termes, l’accouchement normal est identique à l’accouchement par voie vaginale. Lors d’un accouchement chirurgical, l’enfant ne passe pas par le canal vaginal ; il est retiré par l’équipe médicale par une incision dans l’utérus de la femme. Il existe quelques variantes dans la technique chirurgicale, mais elles sont toutes communément appelées césariennes.

Les trois types d’accouchement normal

Le concept d’accouchement normal englobe plusieurs catégories, telles que l’accouchement naturel et l’accouchement humanisé. À des fins didactiques, nous avons distingué trois types d’accouchement sans césarienne et la définition de chacun d’entre eux. Pour ceux qui envisagent d’avoir des enfants, il est recommandé d’étudier le sujet et d’élaborer un projet de naissance, dans lequel tous les détails et les décisions des parents sont consignés.

L’accouchement naturel

Comme nous l’avons déjà mentionné, l‘accouchement normal est le même que l’accouchement par voie basse. Le nom d’accouchement naturel est donné aux naissances sans interventions telles que les manœuvres, l’utilisation de forceps, les inductions médicamenteuses et les anesthésies. L’accouchement naturel n’est pas toujours possible. Il arrive que des interventions soient nécessaires, par exemple lorsqu’il existe un risque réel pour la mère, le fœtus ou les deux. Dans certains cas, une césarienne peut même être envisagée, même si elle va à l’encontre des souhaits de la mère ou de l’obstétricien. Toutefois, lorsqu’une famille prévoit un accouchement naturel, elle s’attend à ce qu’il n’y ait pas d’intervention. C’est pourquoi il est essentiel d’avoir une équipe médicale partenaire qui respecte les décisions de la femme. Lors d’un accouchement naturel, le devoir de l’obstétricien est d’être prêt à agir en cas de complications. Le rôle principal revient à la femme et à son bébé, et c’est leur corps qui dictera le rythme et le déroulement du travail. Dans certains cas, la femme peut même changer d’avis et demander une anesthésie péridurale, par exemple.

Les accouchements normaux humanisés

Avant d’expliquer ce qu’est un accouchement humanisé, il convient de décortiquer le concept même d’accouchement humanisé. Un accouchement humanisé est un accouchement dans lequel les soins médicaux sont entièrement définis par les décisions et les choix de la mère. En outre, les soins fournis par les infirmières obstétriciennes et d’autres professionnels suivent également des procédures et des protocoles qui diffèrent de la norme systématique et insensible de l’environnement hospitalier. Mais cela ne signifie pas que les interventions obstétriques sont totalement exclues. Même une césarienne peut faire partie d’une naissance humanisée, bien que dans ce cas elle ne puisse plus être considérée comme « normale » ou naturelle. Une naissance humanisée normale est donc une naissance par voie vaginale, sans complications nécessitant une césarienne, mais avec la possibilité d’autres interventions, à condition qu’elles respectent la mère, dans un environnement calme et avec une équipe affectueuse qui ne traite pas ce moment avec indifférence et dédain. Un accouchement humanisé sans interventions peut être qualifié d’accouchement naturel humanisé.

Accouchement normal avec anesthésie

L’anesthésie péridurale, également appelée injection péridurale, est l’une des plus courantes, car elle minimise la douleur tout en permettant à la femme de continuer à ressentir la pression nécessaire pour rythmer les contractions. Elle est également plus rapide que l’anesthésie orale et plus sûre que l’anesthésie intraveineuse. L’impact de la péridurale sur un accouchement normal fait l’objet de controverses et d’opinions médicales divergentes. Pour certains experts, le soulagement de la douleur facilite les contractions, tandis que d’autres considèrent le risque d’une chute de la pression artérielle, qui pourrait conduire à d’autres interventions. Le consensus est qu’il n’y a pas de prix pour le meilleur travailleur, ni dans les maternités, ni ailleurs. Par conséquent, lorsqu’une mère se rend compte que la douleur a dépassé les limites du tolérable, elle peut demander une analgésie sans craindre d’être jugée ou critiquée. Le corps de chaque femme est unique et chaque grossesse est différente. Même celles qui ont déjà eu plus d’un enfant par accouchement naturel peuvent se trouver dans l’obligation de demander une injection périnéale lors d’une nouvelle grossesse où la douleur semble plus forte. Perdre le titre de « naturel » ou de « normal » ne fait pas d’une femme une moins bonne mère qu’une autre.

Comment savoir si l’accouchement sera normal ?

Pour savoir si l’accouchement sera normal, il faut évaluer les conditions dans lesquelles une césarienne est la meilleure option. Lorsque la mère a des antécédents de maladies respiratoires ou cardiaques graves, une césarienne peut s’avérer plus sûre. Il en va de même lorsque le bébé présente certains syndromes, déjà détectés par des tests tels que l’échographie. Si la mère est atteinte d’une infection sexuellement transmissible (IST), comme l’herpès génital ou le VIH, la césarienne peut également être un choix plus sûr pour le bébé.

Les césariennes sont également indiquées lorsque le fœtus se trouve dans une position spécifique susceptible de compliquer le travail. Mais il est important de savoir qu’une position autre que la plus courante, avec la tête tournée vers le bas, ne rend pas toujours impossible un travail normal. Dans les grossesses gémellaires, le risque plus élevé de positionnement peut justifier une césarienne, tandis que dans les grossesses de triplés ou plus, une intervention chirurgicale est toujours indiquée. Les problèmes de grossesse, tels que le placenta prævia ou la pré-éclampsie, sont des conditions pour une césarienne. En outre, une grossesse de plus de 42 semaines sans signe d’accouchement suggère une intervention. Enfin, si le cordon ombilical sort en premier pendant le travail ou si le rythme cardiaque du fœtus est lent ou irrégulier, le projet d’accouchement naturel peut être modifié en faveur d’une césarienne.

Quels sont les avantages d’un accouchement normal ?

Les principaux avantages d’un accouchement normal :

Pour la mère

  • Favorise le lien entre le bébé et la mère, car il permet une interaction « peau à peau » immédiatement après la naissance.
  • Séjour à l’hôpital plus court.
  • Temps de récupération plus court pendant la puerpéralité.
  • Douleur réduite après l’accouchement.
  • Pas de cicatrice abdominale.
  • Moins de risques d’infection.

Pour le bébé

  • Réduction des risques de difficultés respiratoires après la naissance (lors du passage par le canal vaginal, la poitrine du bébé est comprimée, ce qui favorise l’expulsion du liquide amniotique des poumons).
  • Réduit le risque de naissance prématurée (le travail commence lorsque le bébé est prêt).
  • Aide le bébé à former sa flore intestinale (la flore du canal vaginal de la mère contribue à ce processus).
  • Réduit les risques de maladies allergiques et auto-immunes.
  • Renforce le système neurologique du bébé.

L’accouchement naturel est donc plus sûr et plus bénéfique pour les mères et devrait idéalement être la première option. Mais lorsque cela n’est pas possible, il est important que l’ensemble du processus suive des procédures humanisées afin de rendre ce moment aussi spécial qu’il devrait l’être.

Plan du site