Qu’est-ce que la dépression post-partum ?

Publié le : 20 octobre 202311 mins de lecture

La dépression post-partum est un trouble émotionnel qui peut survenir après la naissance d’un enfant. Elle est généralement causée par la chute considérable des niveaux d’hormones au cours de cette période. On estime qu’environ 80 % des femmes éprouvent des pensées négatives, de la fatigue et une inquiétude excessive au cours des premiers jours avec un nouveau-né. Toutefois, ce sentiment est courant et disparaît généralement au bout de quelques semaines. La dépression post-partum, quant à elle, peut durer plus longtemps et être beaucoup plus agressive, touchant environ 15 % des femmes. Bien que les femmes soient plus exposées au risque de dépression post-partum, ce trouble peut également se manifester chez les hommes. Des chercheurs de l’hôpital pour enfants de Chicago ont constaté que près de 20 % des pères de bébés prématurés présentaient des symptômes de dépression post-partum. Cette étude souligne la nécessité de mettre en œuvre davantage de programmes de santé mentale, non seulement pour les mères, mais aussi pour les pères, qui souvent ne réalisent pas ou n’admettent pas qu’ils ont besoin d’aide.

Causes possibles de la dépression post-partum

La principale cause de la dépression post-partum est le dérèglement hormonal. Pendant la grossesse, les œstrogènes et la progestérone augmentent. Cependant, peu après l’accouchement, leurs niveaux reviennent à la normale. Ce changement soudain peut entraîner une dépression. Le manque de sommeil, une mauvaise alimentation, l’abus de drogues ou d’alcool et un faible taux d’hormones thyroïdiennes peuvent également être à l’origine de la dépression. Des troubles émotionnels antérieurs ou des antécédents de maladie mentale dans la famille sont également des facteurs décisifs. Les facteurs de stress émotionnel peuvent également affecter la santé mentale de la mère ou du père. Un divorce récent ou le décès d’un proche, des parents ou des bébés ayant des problèmes de santé, une crise financière et un manque de soutien sont autant de facteurs susceptibles de déclencher une dépression post-partum. Une étude a montré que la dépression post-partum est étroitement liée au système immunitaire. Les chercheurs ont analysé diverses caractéristiques des échantillons de sang de 482 femmes atteintes de la maladie et ont constaté des différences significatives au niveau des cellules B par rapport aux femmes ne souffrant pas de dépression post-partum.

Symptômes de la dépression post-partum

Pour différencier la dépression du post-partum de ce que l’on appelle le baby blues, il convient de prêter attention à la durée et à l’intensité des symptômes. Il convient également de noter s’ils interfèrent avec les activités quotidiennes et empêchent la mère ou le père de s’occuper d’eux-mêmes et du bébé. Parmi les symptômes les plus courants, citons :

  • Sentiment de tristesse et pleurs excessifs sans raison
  • Se sentir épuisé mais incapable de dormir
  • Dormir plus que d’habitude
  • Manger trop ou pas assez
  • Avoir des douleurs corporelles ou tomber malade sans explication
  • Devenir irritable, nerveux ou anxieux sans raison
  • Sautes d’humeur soudaines
  • Avoir des difficultés à se souvenir des choses
  • Difficultés de concentration
  • Vous vous désintéressez des choses que vous aviez l’habitude d’apprécier
  • Vous vous sentez éloigné de votre bébé
  • Sentir que vos émotions négatives sont erronées
  • Avoir peur d’en parler à quelqu’un d’autre et que cette personne pense que vous êtes un parent irresponsable
  • Avoir des pensées intrusives de vous faire du mal ou de faire du mal à votre bébé

Les symptômes de la dépression post-partum peuvent apparaître jusqu’à deux semaines après l’accouchement. Dans certains cas, ils ne se manifestent qu’un mois plus tard. Si elle n’est pas traitée, la dépression post-partum a tendance à s’aggraver.

Dépression post-partum grave et autres troubles

Il est essentiel que les personnes souffrant de dépression post-partum se fassent soigner, car ce trouble peut évoluer vers des cas plus graves. La dépression post-partum sévère présente des symptômes dangereux, tels que :

  • Des hallucinations, ou le fait de voir, de sentir ou d’entendre des choses qui ne sont pas réelles
  • Croyances irrationnelles, attachement à des choses insignifiantes et sentiment de persécution
  • Désorientation, confusion et discours désorganisé
  • Comportement atypique
  • Actions violentes
  • Pensées suicidaires et tentatives de suicide
  • Idées de faire du mal au bébé

Outre la dépression, certaines personnes peuvent développer d’autres troubles.

Psychose du post-partum

La psychose du post-partum est rare et constitue le cas le plus grave de dépression post-partum. Elle est plus fréquente chez les personnes qui ont déjà des antécédents de troubles émotionnels. Les premiers symptômes sont l’agitation, l’insomnie et l’irritabilité. Bien que facilement confondus avec le baby blues, ils s’accompagnent d’autres symptômes tels que des hallucinations et un sentiment de persécution. Des pensées intrusives concernant le bébé peuvent apparaître, comme le fait de rendre l’enfant responsable des sentiments résultant de la psychose. Dès l’apparition de l’un de ces symptômes, une intervention médicale est indispensable.

Anxiété post-partum

Bien que la dépression post-partum soit plus fréquente, les cas d’anxiété après la naissance d’un bébé touchent une femme sur six. Les symptômes comprennent l’hyperventilation, les crises de panique, les difficultés de sommeil causées par une inquiétude excessive, les pensées répétitives, les difficultés de concentration et un désir exagéré de protéger constamment le bébé de diverses situations.

TOC du post-partum

La nécessité de fournir un environnement sain pour la croissance de l’enfant peut conduire les parents à développer des troubles obsessionnels compulsifs (TOC). Entre 1 et 3 % des mères souffrent de TOC. Ce trouble est généralement lié à la sécurité du bébé et se traduit par la crainte que l’enfant ne meure pendant la nuit ou que le parent ne le fasse tomber accidentellement. Parmi les symptômes, citons l’organisation et le nettoyage répétitifs, les visites constantes au berceau du bébé pendant la nuit, même s’il va bien, et les compulsions mentales, comme le fait de prier plusieurs fois pour la sécurité de l’enfant. En outre, la personne peut développer des rituels, comme compter ou toucher un objet un nombre spécifique de fois, en pensant que cela empêchera les mauvaises choses de se produire. Il est recommandé de traiter ces troubles par une psychothérapie et/ou des médicaments. Dans les cas les plus graves, une hospitalisation peut s’avérer nécessaire.

Dépression post-partum : traitement, remèdes naturels et conseils

La dépression du post-partum nécessite un avis médical. Son traitement comprend une psychothérapie et l’utilisation de médicaments. Certains antidépresseurs ne peuvent pas être utilisés pendant l’allaitement, il est donc conseillé d’alerter votre professionnel de santé avant d’utiliser le médicament. Parallèlement au traitement clinique, certaines habitudes et remèdes naturels peuvent contribuer à améliorer les symptômes de la dépression post-partum, comme l’activité physique et l’hygiène du sommeil. Les massages, la méditation et une alimentation riche en nutriments peuvent également être utiles à ce moment-là. L’utilisation de plantes médicinales doit se faire avec prudence. L’interaction entre les suppléments et les médicaments peut entraîner des problèmes de santé. En outre, les propriétés des plantes médicinales sont susceptibles d’être présentes dans le lait maternel. C’est pourquoi il est toujours conseillé d’avertir le médecin traitant de l’utilisation de compléments. Voici quelques conseils qui peuvent vous aider à lutter contre la dépression post-partum :

Parlez à quelqu’un

Comme nous l’avons déjà mentionné, de nombreuses mamans et de nombreux papas pensent que leurs sentiments négatifs concernant l’arrivée du bébé sont erronés et qu’ils ne devraient pas être communiqués à des personnes extérieures. Cependant, il est important que la personne souffrant de dépression post-partum partage ses sentiments avec une personne de confiance. Cela peut l’aider à réaliser qu’elle n’est pas seule et que d’autres personnes veulent l’écouter.

Évitez de vous isoler

La dépression est accentuée lorsqu’une personne s’isole et s’éloigne des personnes de son cercle social. Il est recommandé aux mamans et aux papas qui souffrent de dépression post-partum d’essayer, dans la mesure du possible, de garder des amis proches et de la famille autour d’eux. Il est également suggéré de rechercher des groupes de soutien pour les personnes souffrant de dépression.

Ne vous surchargez pas

Les tâches ménagères doivent être reléguées au second plan lorsqu’il s’agit de santé mentale. Il est recommandé aux mères et aux pères de toujours donner la priorité à leurs propres besoins et à ceux du bébé. Si possible, demander de l’aide à des amis ou à des membres de la famille peut être une bonne option. Il en va de même pour l’heure du coucher et les moments de détente. Une bonne nuit de sommeil est essentielle au bien-être physique et mental. Par conséquent, si votre bébé ne dort pas longtemps, il est préférable que quelqu’un s’occupe de lui à tour de rôle pendant la nuit. La méditation et les massages sont également d’excellentes options pour évacuer le stress pendant la journée et vous aider à mieux dormir.

Marchez

Selon une étude, 15 minutes de marche par jour suffisent à atténuer certains symptômes de la dépression post-partum.

Plan du site